Eglise de Limalonges

Territoire de passage aux confins de trois régions riches en art roman (Poitou, Angoumois et Saintonge), le Pays Mellois offre à ceux qui en prennent le temps, des édifices pas toujours très connus, mais qui méritent qu'on leur tourne autour, comme ici, à Limalonges. Cet église,dédiée à Saint-Jean-Baptiste, fut classée Monument Historique en 1975. Elle est citée pour la première fois en 1118, comme possession de l'abbaye de Nouaillé.
De style sévère et dépouillé, cette église romane se compose d'une abside, d'un chœur et d'une nef, l'un et l'autre voûtés en berceau. De gros contreforts-colonnes renforcent le chevet. La corniche est portée par de larges arcatures évasées, d'un modèle typiquement poitevin. Seule, la fenêtre d'axe est ornée de longues dents de scie. La porte sud est particulièrement intéressante. Les voussures dessinées en plein cintre sont nues, à l'exception de l'une d'elles, ornées de palmettes. Le chapiteau gauche figure la luxure en proie aux serpents ; celui de droite porte une ronde étrange de sept hommes nus se tenant par les bras. A coté de cette porte, on a encastré des claveaux, certainement destinés à composer un autre arc, sur lesquels sont représentés des griffons cabrés. L'intérieur de l'église est simple mais renferme quelques trésors. On peut y trouver la tombe d'un chevalier, Charles César Pepain, mort en 1657 ainsi qu'une autre tombe, tout à fait étonnante, car elle appartient à une centenaire morte en 1670 !
Tout près de l'édifice dans une propriété privée, se trouve un bâtiment avec une remarquable baie divisée en deux par une colonnette ainsi que deux caves voûtées. Dans une des caves est entreposé un tombeau orné d'un gisant représentant un chevalier. Ce lieu est appelé la "grange monastique".
L'église de Limalonges, comme elle nous le signifie dès son entrée, mérite bien une ronde sans doute.

79190 Limalonges