Eglise Saint-Savinien

Des trois églises de Melle, l'église Saint-Savinien (classée Monument Historique en 1914) était la seule qui se trouvait entre les murs de la ville médiévale. C'est également elle qui possède les parties les plus anciennes. On en trouve la première trace en 1040 quand elle est donnée à l'Abbaye de Saint-Jean-d'Angely. Malgré les incendies de la Guerre de Cent ans et des guerres de Religions elle est en bonne état à la Révolution où elle aurait bien pu devenir la seule église paroissiale de Melle, mais il en fut décidé autrement. En effet elle devint une prison en 1801 avec toute les conséquences que l'on peut imaginer pour son architecture. Les derniers prisonniers sont partis en 1926. Restaurée, elle accueille aujourd'hui des manifestations culturelles.
La façade semble, certes, enfoncée dans le sol mais elle est tout de même remarquable. Le portail possède un arc au décor très simple. Sur son chapiteau de gauche, on peut voir deux lions adossés crachant des feuillages. Juste au dessus de la porte en bois se trouve un tympan représentant le Christ en majesté entouré de deux lions. C'est plus haut, sous la corniche, que la sculpture présente des thèmes plutôt originaux. On peut voir un chevalier qui fonce oriflamme en avant, des chiens et un cerf qui vont vers la droite, au milieu d'eux un homme nu est allongé, une scène de dispute avec un homme qui brandit un maillet et un couple s'unissant.
A l'intérieur la nef unique est haute, large et sans décor. Sur un pilier du chœur, un chapiteau sculpté représente le martyre de Saint-Savinien, un autre, un homme chevauchant un griffon. Au dessus du sarcophage imposant d'un chevalier du XIIIe siècle se trouve une croix mérovingienne avec en son centre un thème solaire. Elle à été dérobé lors d'une des campagne de restauration et retrouvée chez un antiquaire belge. Plusieurs prisonniers ont gravés quelques inscriptions sur le bois intérieur de la porte sud dans les années 1840.
Une histoire bien singulière pour cette église aux inscriptions et sculptures tout aussi originales.

Les vitraux de Saint-Savinien :

L'église Saint-Savinien qui fut au cours de son histoire lieu de culte puis prison est aujourd'hui dédié aux arts. Elle accueille de nombreuses manifestations culturelles et des expositions notamment pendant la Biennale d'art contemporain de Melle. Ses vitraux contemporains, installés en 2012, entre en résonance avec la nouvelle vocation de l'édifice. C'est Rémy Hysbergue, enseignant à l’École supérieur d'art et de design de Saint-Étienne, qui a été choisit pour réaliser ces vitraux. Cet artiste réalise des œuvres sur des support insolite tel que le miroir ou le plastique. C'est la manufacture Saint-Gobain, fondé en 1665, qui a produit les vitraux. Cette entreprise historique a également mis à disposition son savoir-faire pour la Galerie des Glaces du château de Versailles au XVIIe siècle et plus récemment pour la Pyramide du Louvre.
Rémy Hisbergue à souhaité réaliser une œuvre respectant la simplicité des volumes et des lignes de l'édifice. Une double cuisson du verre a été nécessaire pour donner les différents aspects des vitraux : givré, lisse et miroir. Les seize baies de l'église reçoivent chacune un vitrail composé d'un double vitrage, enfermant l'aspect givré. Les surfaces lisses sont orientées vers l'extérieur. Les dimensions des baies étant toutes différentes, chaque verre est découpé sur mesure afin d'en épouser parfaitement la forme. Ce qui est étonnant dans cette œuvre, c'est qu'elle n'est jamais vraiment la même, elle est en interaction avec son environnement. En effet, selon l'heure du jour ou de la nuit, la luminosité et la place du spectateur son aspect est changeant. La partie miroir peut être légèrement transparente et la partie transparente est parfois réfléchissante. Rémy Hisbergue nous livre une œuvre qui s'inscrit dans l'édifice en prenant en compte son caractère épuré et noble, son passé sacré et son présent créatif.

79500 Melle