Exploration nocturne : le sentier huguenot au crépuscule

Lire l'article

La nuit a aussi sa part d'Histoire. Le vent dans les arbres murmure encore la présence de celles et ceux qui ont bravé l'interdit pour leur croyance. Lorsque la nuit tombe, le sentier huguenot à Beaussais, revit à l'époque des assemblées clandestines.

La période du désert

A partir de la révocation de l'Edit de Nantes en 1685 par Louis XIV, seule la religion catholique est tolérée en France. Les Protestants se retrouvent donc clandestins dans leur propre pays. Des assemblées secrètes s'organisent donc dès la nuit tombée. Les chemins creux du Mellois se prêtent parfaitement à ces déambulations illicites puisqu'ils n'ouvrent la voie qu'en file indienne. Pour se rendre aux prêches sans encombre, les Protestants se munissaient d'une lampe sourde qui permettait de voir sans être vu.

Le Mellois terre protestante

Si le Mellois conserve une attache particulière à la religion protestante et son histoire c'est grâce notamment au passage de Jean Calvin à Poitiers qui a su séduire son auditoire. La présence du port de La Rochelle n'y est également pas pour rien grâce aux échanges commerciaux par lesquels circulaient denrées et idées. Le Poitou et en particulier le Mellois deviendra un terreau fertile à la religion et à son idéologie. Sur le sentier huguenot à Beaussais, 9 assemblées protestantes ont été répertoriées.

Gare aux Dragons

Même s'ils ne crachaient pas de feu, ils n'étaient pas moins dangereux pour autant ! Ces soldats de Louis XIV étaient envoyés pour débusquer des Protestants en leur faisant abjurer leur foi par tous les moyens pour se convertir au catholicisme.

Des oasis en plein désert

Tels de véritables points de ravitaillement, les cours d'eau, et en particulier le Lambon, ont permis aux Protestants et leurs bêtes de vivre en autarcie quelques jours s'il fallait rester caché.

La tradition perdure

Vous croiserez certainement au fil de vos pérégrinations melloises des cimetières isolés le long des chemins comme celui de Vilfas à Beaussais. Il s'agit de cimetières familiaux protestants. Avant 1792, les Protestants devaient occulter leurs tombes, et les morts étaient souvent enterrés dans des terrains privés. La tradition perdure aujourd'hui mais n'ayant plus besoin de se cacher, une véritable architecture funéraire est apparue dès le XIXe siècle.

Vous en voulez plus ?