Les histoires merveilleuses du Mellois

Lire l'article

Connaissez-vous cette sensation ? Celle de vous sentir observé lorsque vous visitez nos belles églises romanes? De sentir que l’on vous suit sans cesse du regard ? Perchés sur leurs corniches, des êtres fantastiques au passé mystérieux vous guettent, attendant que leur heure sonne...

 

Dès l’arrivée des beaux jours, il n’est pas rare de croiser une vieille dame, toute frêle, non loin de l’église Saint-Pierre. Personne ne connaît son âge ni l’endroit où elle vit. Certains prétendent même qu’elle dépasserait facilement les 163 ans…Parfois elle s’installe sur un banc, les yeux rivés sur l’église. Prenez le temps de vous asseoir à côté d’elle. Avec un peu de chance, elle vous contera l’un de ses nombreux secrets.. des histoires terribles qu’elle tient elle-même de son arrière arrière arrière arrière arrière grand-mère...Pensez-vous qu’elles soient vraies ? Moi, j’y crois ! Aussi sûr que mon pelage est bleu, pardi !

 

La pâtisserie maudite

Il n’y a pas si longtemps, existait sur Melle une pâtisserie grandiose. Les enfants se bousculaient pour accéder à la devanture, le nez collé à la vitrine. Avec de grands yeux ils observaient les brioches dorées qui sortaient du four, les gâteaux aux multiples étages, si haut qu’ils semblaient toucher le ciel. Des biscuits aux mille couleurs, reproduisant les animaux d’une contrée lointaine, tandis que des fontaines de chocolats coulaient du matin au soir sans discontinuer. Non loin de cette pâtisserie habitait une vieille femme aux allures de sorcière. Agacée par le piaffement incessant des enfants, elle ne pouvait se consacrer à ses incantations maléfiques. Un jour, sur un grand coup de colère elle jeta un sort terrible sur l’ensemble des enfants qui se trouvaient là. Les pauvres malheureux disparurent aussitôt dans une sinistre fumée. Au même moment, de jolis petits cupcakes prirent place dans la vitrine, aussi mignons et gourmands que l’étaient les enfants. Prisonniers dans ces petits gâteaux, ils priaient pour qu’on les délivre du sort malheureux de la vilaine sorcière. Seulement, personne n’osait les acheter, car lorsque l’on tendait l’oreille on entendant des « mamaaaan » « au secooouuuurrs » ! Le soir venu, ils savaient que si personne ne les choisissait, le célèbre monstre chat, friand de sucreries et de chair fraîche, se chargerait d’eux et les dévorerait tout crus ! Personne ne sait vraiment ce que sont devenus les enfants. On sait seulement une chose, un jour de carnaval, et après une lutte acharnée, les Mellois auraient capturé une étrange créature aux moustaches longues et fines, et aux crocs acérés. Certains racontent que le monstre chat existerait encore, prisonnier des murs de l’église Saint-Pierre à Melle. En y prêtant attention, vous pourrez y apercevoir sa frimousse. Mais ne vous fiez pas aux apparences, son appétit ne s’est jamais tari.

 D'après une idée originale du collectif des acteurs touristiques du Pays Mellois

Gare au singe gourmand

Il était une fois un singe du nom d’Eric qui était extrêmement gourmand. Les enfants qui mangeaient beaucoup de sucreries étaient son met favori. Plus les enfants mangeaient de bonbons, plus Eric avait envie de les dévorer. Bien sûr, tous les parents se méfiaient de ce singe maléfique. Ils firent donc appel à l’illustre magicien Mr. Magic qui habitait le quartier. Il possédait un laboratoire extraordinaire. Il pouvait y inventer des filtres magiques tous plus puissants les uns que les autres. Tant et si bien qu’aucune créature n’osait le défier, pas même le monstre du placard qui avait fait ses valises il y a belle lurette ! Lorsque les parents lui exposèrent le problème du singe-qui-dévore-les-enfants-qui-mangent-trop-de-bonbons, Mr. Magic réfléchit longtemps... très longtemps... très très très longtemps.... Il passa des nuits et des nuits à éplucher chaque livre de sa bibliothèque à la recherche de la potion idéale. Après 42,3 nuits, 36752052 chapitres et 2 pages, hourra ! Elle était là, sous ses yeux. C’était une formule parfaite et très facile à réaliser. Seul hic, les parents devaient chacun donner un bras. Soulagés de sa trouvaille, ils n’hésitèrent pas une seule seconde. Une fois les bras réunis, et avec l’aide de sa fidèle baguette, il parvint à former un petit bloc de granit très brillant qui avait le pouvoir de transformer les monstres en pierre. Mais pour que l’incantation fonctionne, encore fallait-il que le singe-qui-dévore-les-enfants-qui-mangent-trop-de-bonbons engloutisse la fameuse pierre ! Après concertation, les parents et le magicien trouvèrent la solution : Le plus gourmand des enfants fut désigné pour avaler le plus de bonbons possible. Par l’odeur alléché, le singe ne tarda pas à faire son apparition. Il ouvrit très grand sa gueule dévoilant une série de petites dents tranchantes. Mais alors qu’il n’allait faire qu’une bouché du pauvre garçon, ce dernier attrapa la pierre, qui était cachée dans sa poche, et l’enfonça dans la gorge du monstre. Après une déglutition difficile, le singe se transforma aussitôt en pierre. En souvenir de cette histoire, les habitants du village décidèrent à l’unanimité d’accrocher le singe de pierre tout en haut de l’église du quartier. On n’oublia pas de lui enlever ses bras en souvenir du terrible sacrifice des parents.

D'après une idée originale de Tess Goodlife propriétaire du gîte Le Logis de Canteau à Melle.

Eglise Saint-Pierre à Melle

D'autres histoires merveilleuses du Mellois arrivent très vite sur le blog !

Retrouvez le second épisode des contes modernes à la sauce Melloise ici

Et le troisième ici