Les histoires merveilleuses du Mellois - de la magie sous vos pas

Lire l'article

Il est là tout près... Tendez l'oreille, regardez mieux... Il est parfois là, sous vos pas, parfois à la l'orée d'un bois, au détour d'un chemin. Si vous ne l'avez pas encore croisé, vous pouvez en être sûr, le merveilleux rode partout en Mellois. Vous en doutez ? Laissez-vous entraîner par ces deux nouvelles histoires.

Le sanctuaire des amoureux

Il était une fois, au beau milieu d’une prairie verdoyante, une rose rouge. Alors qu’aucune plante ne poussait autour, elle résistait. Rares sont les visiteurs qui connaissaient son existence. Et lorsque l’un d’eux tombait dessus, il était aussitôt envoûté par son parfum. Il était si enivrant que les pauvres hommes oubliaient d’un coup ce pourquoi ils étaient arrivés là. Ils rebroussaient chemin complètement déboussolés. Elle se trouvait alors complètement protégée d’une intrusion quelconque, ainsi personne ne pouvait la cueillir. Seuls les jours de pluie étaient dangereux. Les gouttes d’eau emportaient avec elles, la moindre fragrance.

Par une journée diluvienne, un jeune garçon s’aventura dans la prairie. Son chien Funambule avait aperçu un lapin et il s’était égaré. En appelant son fidèle compagnon, le jeune homme avança dangereusement de la pauvre rose. Encore deux pas et il allait complètement l’écrabouiller ! Prise d’une violente panique, la petite fleur rassembla toute ses forces et émit le plus grand rugissement dont elle fut capable.

Un faible cillement arriva jusqu’aux oreilles du jeune homme. Il s’arrêta pour mieux écouter. Cela venait du sol… en s’accroupissant, il dénicha la rose

- Ça alors ! Je ne pensais pas que les fleurs pouvaient émettre un son …

Et il s’approcha plus près encore.

A bout de souffle, la rose ne put tenir son cri plus longtemps. Il l’avait vue et il voudrait certainement la cueillir. Elle qui était certaine de pouvoir effrayer comme un lion…

Au loin, Funambule jappait. Il avait trouvé quelque chose. Il grattait frénétiquement le sol. En s’approchant, il découvrit une porte. Semi-enterrée. Elle était en bois clair. On y avait gravé des symboles étranges, un huit couché, une panthère, un loup et même un renard. Le jeune garçon voulut tirer sur la poignée mais elle était fermée. Au dessus de la serrure, une rose surplombant une clé. Comme une intuition, il retourna sur ses pas et prit la fleur entre ses doigts.

Le jeune fleur crut défaillir...ça y est, son heure était venue...elle résista encore un peu… puis elle sentit qu’il lâchait son étreinte. Au lieu de la laisser en paix une bonne fois pour toute, il se mit à creuser.

- Bon sang, il va finir par me déterrer complètement ! De quoi aurais-je l’air les racines à l’air ??

Il mit enfin la main sur ce qu’il cherchait : une clé ! Il bondit jusqu’à la porte, impatient de découvrir ce qu’elle cachait… En un quart de tour, la clé déverrouilla le mécanisme. Il saisit la poignée. La porte s’ouvrit à la volée. Un torrent de fleurs inonda le champ. En se relevant, il n’en crut pas ses yeux. La prairie s’était couverte de mille couleurs, de mille senteurs.

Depuis ce jour, on appelait cet endroit le sanctuaire des amoureux.

 

Les intrigues de la nuit tombante

Il était une fois, un jeune renard qui avait quitté le nid familial. Trop grand pour continuer à vivre dans le même terrier que ses parents, c’était à son tour de fonder son foyer. C’était l’hiver et il pleuvait sans arrêt. Il avait passé une semaine à chercher un endroit dans lequel il se sentirait bien. Il avait essayé dans le creux d’un arbre, sous des branchages mais rien n’était assez douillet pour lui. Il était épuisé désespéré. Il ne trouvait pas d’endroit où se reposer. Alors qu’il arpentait un chemin, il entendit des éclats de rire. Cela semblait venir d’un terrier de lièvres. Il s’approcha plus près et écouta. C’était l’heure des histoires. On y racontait des histoires de fantômes maladroits, d’araignées qui ont peur du noir, et d’oiseaux qui voudraient bien nager. Le renard ne vit pas le temps passer. Il s’assoupit même un peu. Lorsque le jour se leva il décida de se cacher pour ne pas effrayer la petite famille de lièvres. Il passa la journée à repenser aux récits, à la chaleur qui régnait dans le foyer et au bien être qu’il avait éprouvé. Le soir arrivant, il revint à la tanière pour y écouter les intrigues de la nuit tombante. Cette fois-ci, il s’endormit aussitôt. En ouvrant un œil, il découvrit la famille lièvre qui s’était rassemblée autour de lui. Armés de coquilles de noix, d’écorces et d’épines, ils étaient prêts à en découdre.

- Que fais-tu ici jeune renard ? Nous n’avons pas peur de toi ! Enfin… presque ! Va-t’en et nous ne te ferons aucun mal

- Mes excuses les amis… je ne voulais pas vous effrayer. Je… j’adore vos histoires… Elles m’aident à m’endormir. Je suis comme Gipsy l’araignée… j’ai un peu peur du noir...

- Mais oui, et quand tu auras un petit creux dans la nuit, tu mangeras l’un d’entre nous ?

- Non ! Détrompez vous ! Ne le prenez pas mal, mais je n’aime pas trop le lièvre. En vrai, je ne suis pas trop gibier… Je mange beaucoup de baies et de fruits. Bon, c’est vrai, peut-être une poule de temps en temps, mais vraiment que si elle est d’accord !

La maman lièvre réfléchit longtemps. Elle avait bien entendu quelques ronflements et se doutait que le renard avait dû passer plusieurs nuits à les écouter sans jamais les avoir attaqués.

- Bon très bien ! Tu peux rester. Mais tu ne pourras pas rentrer, c’est beaucoup trop petit là dedans, tu ne logeras pas !

- C’est d’accord, je me mettrai à l’entrée. Comme ça je vous protégerai des prédateurs, promis !

Et c’est ainsi que le jeune renard, écoutait chaque soir les intrigues de la nuit tombante en compagnie de sa famille adoptive. Bientôt, de nombreux oiseaux, serpents, et même chevreuils qui n’arrivaient pas à dormir se retrouvèrent devant la tanière pour écouter les histoires et les contes de la famille lièvre. Et vous, les avez-vous entendues ? Peut-être préférerez-vous les Contes de la lune pâle dans le prochain magazine Simplement Mellois ?

 

Vous en voulez plus ?

Pour découvrir une multitude d'endroits dans lesquels le merveilleux se cache facilement, rendez-vous sur nos chemins de randonnée. À télécharger gratuitement sur Rando en Deux-Sèvres.

Une année merveilleuse

Vous l'aurez compris, cette année le blog s'est paré d'une cape magique. Des histoires inventées et imaginées par des acteurs touristiques qui, lors d'une journée dédiée, ont réussit à enchanter leur territoire. Si l'année se termine sur ce dernier article, le blog revient dès janvier, pour de nouvelles rencontres, de nouvelles aventures et plein d'autres surprises encore...