Bien loin de chanter tout l'été, nos Ecriveurs Mellois ont repris leur plume pour vous conter les couleurs estivales. Des vers qui malgré la saison brûlante devraient faire vibrer l'âme du poête qui est en vous.

été d'ailleurs...
Landes
Au croisement des sentes
Il a fallu choisir...
Des flottements de brume
Ouatent encore les raies noires et verticales
Au dessus, le bleu se fait plus lourd
Les fougères de poussière rousse
Hérissent le sable noir.
Tout craque en silence
Hormis quelques furtifs, au sol.
Le bleu se mute en blanc
Chauffé aux limites,
Tu baisses la tête, vaincu.
Et l'ombre de l'airial
Se fait berceau
Sur ton corps exténué.

 

Christophe Pilard

Toi l'été :
Toi l'été simple palindrome
Dans les deux sens on peut te lire
En voilà un drôle de symptôme
Que le printemps pourrait en pâlir
Quand tu t'installes à la Saint Jean
Tu t'enracines par tes rhizomes
Et si parfois en la singeant
Le printemps devient fantôme
Tu as un tel rayonnement
Que les vieux et les mômes
T'attendent si impatiemment
Tu reviens réglé tel un métronome
Toiletté tu deviens caniculaire
En voilà un drôle de syndrome
Attention à l'exposition solaire
Pour éviter le mélanome ...

 

Hugues Coutineau

Un grand merci à l'Atelier des Ecriveurs Mellois pour leur participation

Pour profiter de nos paysages aux 50 nuances d'été, rendez-vous sur nos nombreux chemins de randonnées sur randoendeuxsevres

Partagez vos photos sur les réseaux sociaux #EteEnMellois

Et la suite ?

Au gré des saison, d'autres nuances poétiques arrivent très bientôt ...

50 nuances d'hiver juste ici !

50 nuances de printemps

Partagez cette page !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux